Enseignements de méditation

Ces enseignements sont donnés chaque mois dans le cadre des 4 groupes de méditation qui se déroulent à Laval les samedi, lundi soir et mardi soir. Les membres de ces groupes bénéficient des enregistrements des enseignements et des pratiques de 20 minutes qui les accompagnent. Pour intégrer un groupe, c’est ici. Pour en bénéficier de chez vous, c’est .

Enseignement N°1 : Etre et Faire : s’installer

Le 6 janvier 2018

Pendant 9 petits enseignements, nous allons juste effleurer le sujet de l’articulation entre être et faire au coeur de la pratique méditative, avec beaucoup de modestie.
Ce trimestre, 3 temps mensuels ponctuent 3 gestes : je fais un geste pour m’installer, puis un geste pour m’ouvrir et un dernier pour rencontrer ce qui est.

La méditation consiste à déployer ce processus qui consiste à faire un geste qui ne fait rien d’autre.
Il installe les conditions, le contexte d’un accès.
S’installer, c’est bien-sûr faire quelque chose mais qui n’est pas notre « faire » habituel.

Faire habituellement, c’est faire par habitude, en nous éloignant de notre être, de ce que nous sommes vraiment (voir enseignement 2)
Au quotidien, faire c’est :
Gérer
Contrôler
Performer
Accélérer

Faire un geste pour s’installer, c’est stopper ! Rien à gérer, rien à maîtriser, juste se poser dans cet espace et dans ce temps qui s’ouvre alors. Comme dit la publicité : venez comme vous êtes !

C’est une intention de ralentir, de se rencontrer, de « se foutre la paix » (F.Midal)
On se rend disponible, on passe d’avoir des affaires à faire à se mettre en vacances des  « à-faire »
Cela ne nous coupe pas du monde, au contraire, nous sommes enfin plus connectés dans cet espace de liberté qui s’ouvre devant et autour de nous.

Enseignement N°2 : Etre et Faire : ouvrir pour s’ouvrir

Le 3 février 2018

Nous nous sommes installés, nous avons stoppées nos habitudes.
Cela a ouvert un espace dans lequel des manifestations nouvelles apparaissent, non perceptibles habituellement.
Je deviens là, présent, vraiment.
Rien d’autre à faire que d’être au plus près de ce que je suis.
Je ressens, je vis donc je suis.
Je me laisse flotter sur mes sensations, je les suis, je suis mes sens.
Ressentir avec l’intensité du VAKOG : visuel, auditif, kinesthésique, olfactif, gustatif.

Je respire donc je suis. Je ressens la chaleur de la pièce, j’entends le chant de la fontaine, j’entends mon coeur, je ressens le confort de mon ventre mais aussi la douleur de mon dos, cette tristesse également, l’injonction de mon cerveau que je devrais mieux y arriver que cela…
Tout est là en même temps, je me contacte à la totalité de mon être présent ici et maintenant et à la totalité de ce qui se passe autour de moi sans restriction, ou retranchement.
Alors se déploie la véritable présence. « Pleine » présence. Nous vivons dans cette instant la totalité de notre vie sans la traverser, en nous y installant.
Nous trouvons un socle stable et léger en même temps où nous tenir et à partir duquel nous pouvons agir.

S’ouvrir, c’est penser notre vie selon des règles adaptées à chaque instant. Mais c’est surtout pratiquer notre vie qui installe dans le quotidien nos intentions déjà atteintes.
La gestion des autres, du quotidien, des émotions; l’accélération permanente du temps; l’illusion de contrôle et de maîtrise; la folie de la performance constante nous ferment à nous-même et aux autres. Ouvrir, c’est s’ouvrir à nous, aux autres, au monde.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close